Un des services fleurons de l'Adate
vient d'être soldé !

Le Service Interprétariat-Traduction va fermer. Le C.A de l'Adate du 27/02/2020 l'a acté à l’unanimité sans que le CSE n’ait été consulté. Le syndicat CGT-Adate a, en vain, depuis plusieurs années alerté la direction quand elle commençait à caresser le désir de s'en débarrasser au motif qu'il n'est plus rentable (l'hôpital aussi, n'est-ce pas ?) face à la concurrence qui l'oblige à s'orienter vers les actions "copieusement" subventionnées en laissant en parentes pauvres les actions qui ont fait l'âme et la réputation de l'Adate, dont le Service historique Interprétariat-Traduction.
Cette orientation s'inscrit dans l'ère du temps. C'est de mode. L'Adate prendrait-elle un cap et un tournant décisif qui s'inscrirait dans la logique de l'entreprise ? La concurrence du privé dont la seule éthique est le rendement, avec ses interventions au rabais dans le secteur social, ne doit pas être un alibi pour tourner le dos au social.
Faut-il s'y résigner ? Non. Nous pensons qu'il n'est pas trop tard pour réagir et que le CSE se saisisse sérieusement de la question. Nos partenaires historiques (collectivités locales, secteur associatif, état, etc.), sensibles à l'action sociale, soucieux des étrangers et des démunis de la casse sociale, doivent s'informer de l'Adate et de son avenir.
La CGT-Adate sera à leur côté.

Grenoble, le 10 juin 2020


Lire aussi la lettre que nous avons adressée aux salariéEs de l'Adate ici